Démarche

La peinture instaure pour moi un nouveau rapport au temps, elle est un dépassement, un « dépasse-temps ». Je crée un monde qui m’est propre. J’y mets et j’y puise une certaine vision de l’univers – je pense à la figure de la constellation, aux mouvements d’un arbre, aux quatre éléments présents dans la nature : eau, terre, air et feu. Peindre c’est peut-être transformer la réalité, attraper des fragments de vie.
Je passe beaucoup de temps dans la nature. Je m’imprègne de ses couleurs, de ses formes, de ses lignes. Je pense souvent à ce que disait le peintre Rebeyrolle (1926-2005) : « Le paysage c’est comme si je marchais ou me roulais dedans comme je peux me rouler dans l’herbe, c’est ça pour moi le paysage, un contact presque charnel, pas une vue panoramique ».
Je ne cherche pas à représenter absolument. Je cherche tout simplement à aller vers la peinture. Je travaille aussi avec certains peintres en mémoire, en tête : Camille Bryen, Joan Mitchell, Monet, Rebeyrolle, Bissière, Alechinsky, Klee, Courbet, Eugène Leroy ….
Le minéral, le végétal présents autour de nous, leur trace en chacun de nous, leur épaisseur, me donnent une matière à peindre, mais pour moi l’objet solide qu’est un tableau reste une proposition, un regard sur l’instant fragile de l’apparence. En fait, j’essaie d’arriver à une espèce d’absence, comme pour laisser la peinture être elle-même.
Régis Dardennes, Angers, janvier 2015

Slider